Feed on
Posts
Comments
Article en preparation:

surprise...

(x%)

Voila la suite de la premiere partie. J’ai essaye de garder les maths au minimum (et ca suffit)

Chapitre 1: Felix omet un petit detail important

La nuit, Felix a du mal a trouver le sommeil. Il reflechi a ce que Jerome lui avait dit la veille. Il lui a fait prendre conscience que l’action devrait se trouver au dessus de 25$ (strike) pour ne rien perdre. Avant de partir Jerome lui avait demande un exercice tout bete: calculer le point d’equilibre (break even) de l’action pour que ses certificats ne lui aient rien coute a expiration (comme s’il n’avait jamais achete les certificats au final) histoire de voir s’il avait pense a tout.
La journee ne fut pas tres active au travail, aussi Felix eut le temps de passer un peu de temps sur ce probleme:

“Alors, c’est pas trop dur finallement”, se dit-il. Il faut que je gagne 500$+20$(transaction) en tout avec mes certificats à expiration (decembre) grâce a la différence avec le prix d’exécution (strike).
Le nombre d’actions auxquelles Felix a droit sont de 3850(certificats)/20(ratio), soit 192.5.
Il faut dont que le prix de l’action soit 2.701$ (520 / 192.5) au dessus de 25$, soir ~27.7$.
Lorsque Felix annonce a Jerome tout content la solution, Jerome lui fait remarque que la solution est incomplete car il a oublie les interets.

“Ok, et si t’avais laisse l’argent sur un compte epargne t’aurais eu combien d’interet? Tu laisses ton argent tout de meme 6 mois sur des certificats”. Felix fit la grimace car il n’y avait pas pense.
500$ a 3% sur un an donne 15$ d’interet sur un an (pour faire simple on ne compte pas les taxes de l’etat sur les interets, disons que les 3% en tiennent compte) et admettons que diviser par 2 pour 6 mois est correct (ce qui peut etre faux en fonction de la frequence des reversements des interets).
Au final, il aurait du gagner 7$ sur ses 500$ s’il n’avait pas joue a la bourse. Donc le prix exact que Felix doit couvrir pour n’avoir rien perdu est de 527$ et non 520$.
“Tu viens donc d’omettre ~1.33%, les consequences peuvent etre importantes avec des plus grosses sommes.”

De plus Felix vit en France, ce qui voudrait dire qu’il faudrait aussi tenir compte des taux d’echange des monnaies et des frais de transaction en Euro. Bref, pas mal de choses à prendre en compte au final.

Felix demande alors comment il pourrait trader de facon plus avancee…

Chapitre 2: Felix apprend a jouer comme les grands

Jerome lui explique qu’en ce qui le concerne, il est un speculateur, et non un investisseur. Ce qui veut dire qu’il prend des paries sur la direction que va prendre la bourse (comme a fait Felix dernierement) mais qu’il utilise des options pour cela et non des certificats.

“Tu vois Felix, les options, c’est ce qu’utilisent ceux qui te vendent les certificats pour couvrir leur risque en faisant un profit au passage sans risque. De plus les options coutent moins cher.”
Jerome montre alors son ordinateur a Felix sur lequel tourne IB. Il est connecte au marche Americain qui est encore en pleine activite jusqu’à 22h.

Les options (comme les certificats) permettent de gagner plus d’argent avec des sommes moins grandes que si on voulait achete des actions, mais elles ont une composante importante en plus: le temps (comme les warrants).

“Il se passe quoi concretement si j’achete cette option?” demande alors Felix en pointant du doigt une option sur l’ecran de Jerome.
Jerome marqua une pause et se dit qu’il ne serait pas plus mal d’expliquer ce qu’est une option de base (vanilla).

“Lorsque tu achetes une option, tu achetes un droit. Ce droit a un prix (premium) qui a deux composantes: valeur intrinsèque (In the money) et le temps restant avant expiration.
Si tu achetes le droit d’acheter une action a 20$ par exemple et que l’action est a 25$, tu es directement gagnant, donc le prix en tient compte, tu auras 5$ intrinseque dans le prix en plus du temps avant expiration.
Les contrats peuvent etre de style americain ou europeen, ce qui influe sur la possibilite d’exercer ton droit ou pas avant la date d’expiration. Les options dites americaines permettent de pouvoir executer ce droit n’importe quand, avec les europeennes tu ne peux le faire qu’a expiration. La plus part des options sont americaine. Cela n’a rien a voir avec la position geographique, c’est juste une denomination.”

Jerome va partir en vacances et conseille a Felix la lecture d’un excellent ouvrage en matiere de trading qui est une reference dans le milieu: Mémoires d’un spéculateur. “Ca a été ecrit y’a tres longtemps, mais ca reste tellement vrai”.

Sur ce, ils se donnent rendez-vous dans un mois. Felix quant a lui se promet de tester des options pas trop cher histoire de se faire la main sans y perdre trop de plumes…

4 Responses to “Felix et la bourse (Partie 2)”

  1. on 30 Jul 2009 at 17:43 Maurice

    Si je me souviens bien, warrant et options sont quasiment identiques, excepte que l’option est garantie par une echange (genre Chicago Board Options Exchange) alors que le warrant par une companie (genre societe generale).

    C’est clair qu’en t’en qu’investisseur lambda, tu n’as pas acces aux options, mais bon, pour les warrants, celui qui tu le vends devrait etre sur que tu es un “investisseur suffisamment sophistique” pour comprendre dans quoi tu t’engages.

    Et le bouquin que tu veux vraiment lire si tu veux connaitre la difference entre les instruments est : “Options, Futures and Other Derivatives”, Hull. (lien non sponsorise ;))

  2. on 30 Jul 2009 at 18:54 Jeremy Chatelaine

    Salut Maurice et bienvenue ici.

    Y’a en fait pas mal de differences entre options et warrants en plus de celle que tu notes. Je comptais en faire la synthese lorsque Felix s’est habitue a trader des options dans le prochain post.

    Les options sont accessibles au commun des mortels. J’utilise SwissQuote qui a une platforme web qui permet d’acheter des options EUREX. La classe quoi 😉

    Merci pour la reference de livre. Hull est une reference dans le milieu (j’en ai moi meme une copie), il est aussi tres dur d’acces pour les debutants. Un peu comme un dico pour apprendre la langue :)

  3. on 30 Jul 2009 at 19:34 Maurice

    Oui, il y’a d’autres differences entre warrants et options, mais bon, il y’a pas mal de principes communs.

    Au passage, je ne suis pas sur que tu sois le common des mortels (ou investisseur lambda / du dimanche si tu preferes). 😉

    En tout cas, j’ai hate de lire la suite…

  4. on 30 Jul 2009 at 19:49 Jeremy Chatelaine

    Tout a fait.

Trackback URI | Comments RSS

Laissez un message